Dr-Hèzouwè-Magnang, Directeur du centre national de recherche et de soins aux drépanocytaires (CNRSD)

Faire des enfants c’est bien mais il est important de faire l’électrophorèse pour connaitre le type d’hémoglobine avant toute union de mariage. Le Directeur du centre national de recherche et de soins aux drépanocytaires (CNRSD) au Togo, Dr Hèzouwè Magnang le martèle encore à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la drépanocytose.

Ce test, martèle-t-il, est pour éviter à l’enfant de souffrir de la drépanocytose car sa prise en charge et le suivi médical coûtent une fortune.

« Il est préférable d’éviter de faire des enfants drépanocytaires car cela est possible et il est important de préciser que la prise en charge et le suivi médical ont un coût non négligeable sans oublier l’impact psycho-social de la drépanocytose sur le patient et sa famille », a expliqué le Dr Hèzouwè Magnang.

Cependant la pathologie ne devrait pas constituer un handicap aux patients d’avoir une vie normale car oui aujourd’hui il existe la possibilité de vivre avec sans contrainte.  A en croire le docteur, il suffit de faire un diagnostic précoce et un suivi médical régulier.

En effet, aujourd’hui le Togo dispose d’un centre où le drépanocytaire peut accéder à des informations et recevoir également  des soins qui peuvent lui permettre de mieux vivre avec sa maladie.

La drépanocytose est une maladie héréditaire caractérisée par des douleurs dans les os et articulations. Elle s’accompagne de nombreuses complications pouvant toucher toutes les parties du corps.