Les élèves du CEG Nyekonakpoè sont sensibilisés à passer à l’action et ne pas attendre un quelconque appui extérieur avant d’assainir leur milieu d’études. Samedi 30 novembre 2019, les membres du Global Alumni association of Togo (GAAT) sont allés donner des coups de râteau et de balai dans ce Collège ou l’insalubrité est très poussée.

Pour le secrétaire général 2019-2021 du GAAT, Moise Akebim, si l’environnement est sain, les élèves peuvent étudier aisément et réussir avec des résultats excellents.

« Nous voulons qu’ils soient la police derrière les autres élèves de l’établissement, qu’ils veillent les uns sur les autres, et que les enseignants aussi, puissent jouer le rôle de gendarme derrière les élèves afin qu’ils soient des enfants citoyens, qui posent chaque jour, des actes citoyens, qui contribuent à maintenir leur établissement dans un état sain », a confié M. Akebim.

D’après Sylvestre Darpak, un participant au programme Fullbright, il se met au service de sa communauté parce qu’il est issu de cette communauté qui l’a beaucoup aidé à grandir, donc il doit lui remettre en partie, ce qu’elle lui a donné.

« On aurait souhaité que la communauté aux alentours du CEG soit là avec plus d’élèves et enseignants, pour donner mains fortes à l’association pour que le travail avance parce-que nos enfants doivent étudier dans un bon cadre et sans danger mais le travail ici, est immense », a confié M. Darpak.

« L’un des facteurs de développement du peuple américain, c’est le bénévolat; se retrouver pour travailler sur les problèmes de sa communauté, c’est ce qu’ont appris, nos anciens boursiers, quand ils étaient au Etats Unis », a expliqué Josita Ekouevi, chargée des programmes d’échange à l’Ambassade des Etats-unis au Togo.

« Les boursiers sont là pour éveiller la conscience des élèves du CEG Nyékonakpoè, des enseignants, et toute la communauté, pour leur dire que quand on a un problème dans son établissement, ce n’est pas au gouvernement ou quelqu’un d’autre de venir dans le quartier pour le faire mais cela revient à eux-mêmes de le résoudre», a-t-elle ajouté.