L’Aïd El-Kebir ou la fête de Tabaski marque chaque année, la fin du Hajj, le pèlerinage les musulmans aux lieux saints de la ville de la Mecque. Au Togo, les fidèles d’Allah seront en fête le 21 Août 2018. Mais avant cette célébration, retour sur certaines règles de la Sunnah ou encore, des pratiques recommandées par le prophète Mahomet sont à respecter.

Tout bon fidèle d’Allah le sait, il y a des dispositions à prendre quand on veut offrir du sacrifice à la Tabaski. Et, à se référer au Coran, la sunnah  désigne la “loi immuable” de Dieu sous l’expression sunna Allah qui signifie “règles de Dieu”.

Selon la Sunnah, tout musulman ayant l’intention de sacrifier une bête, ne doit ni se coiffer, ni se tailler les ongles dès l’apparition de la lune et ce jusqu’à ce qu’il n’ait offert son sacrifice.

Et, cela s’observe la plupart du temps, du 1er au 10 du douzième mois du calendrier musulman appelé Dhou-hijja.

Selon le Muezzin de la mosquée de Bè-Kpota, Chamtiyou Adeyi, se raser avant l’immolation est synonyme de perte de bénédiction. « Les poils qui se trouvent sur la bête à immoler constitue une source de bénédiction pour le sacrificateur. Alors, se raser soi-même avant l’immolation fait perdre en terme de bénédiction », explique le Muezzin qui soutient que c’est pareil pour les ongles.

Cette disposition prise en compte permet de profiter au maximum de la Tabaski avec ses bénédictions.

« Le jour de l’Aïd el-Kebir est un jour de célébration dans la tradition prophétique musulmane », a souligné Aboubakar Chamsoundine, enseignant à l’institut Islamique de Bè Kpota. Selon lui, dès l’annonce de la vision de la nouvelle lune, les musulmans glorifient la grandeur d’Allah à travers les bonnes actions et les invocations.

La fête de Tabaski, devra-t-on le rappeler, commémore la soumission d’Ibrahim à son Dieu, marquée par son acceptation d’égorger, sur ordre d’Allah, son unique fils Ismaël.

Voltic Togo