Au Togo, parmi les sociétés d’Etat qui s’engagent pour le bien des populations, figure en bonne place, l’Institut national d’assurance maladie (INAM). Le personnel a entamé ce 13 août 2019 à son siège, une opération de don de sang.

Cette opération fait suite à un partenariat entre l’Inam et le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) pour offrir 5.000 poches de sang en stratégie mobile, pour compenser au moins 50% du besoin.

L’initiative va se répéter chaque année au cours des mois de juin à août, période pendant laquelle les “gros donneurs”  ne sont pas disponibles.

«La collecte de sang qui a lieu aujourd’hui (13 août ndlr) à l’INAM, est une première phase de cette opération. D’autres collectes sont prévues les semaines prochaines. Les assurés, autorités administratives, religieuses et leaders d’opinions seront mobilisés pour cette cause », a confié à Africa rendez-vous, Myriam Dossou-d’Almeida, Directeur général de l’Institut qui a montré l’exemple en donnant de son sang.

« Il y a pénurie de sang dans les hôpitaux et nous ne pouvons pas rester les bras croisés. L’INAM par cette opération de don de sang entend apporter sa contribution pour sauver des vies humaines. Il s’agit d’un acte de solidarité envers la population et surtout envers nos assurés », a jouté Madame d’Almeida pour justifier leur action.

Parmi ceux qui ont donné de leur sang, figure Ablavi Akpéné Edoh, chargée des acquisitions des biens et services. Elle se dit fière de contribuer à la lutte contre la pénurie du sang. « Je suis sûre que ce don va permettre à un malade de retrouver sa santé et j’exhorte tous ceux qui ont peur de le faire, de prendre le courage à venir faire le geste.  Donner du sang vaut plus cher que les cadeaux, c’est la vie on donne », a-t-elle lancé à l’endroit de ceux qui hésitent encore.

Des agents de l’Inam donnant de leur sang

« Nous en tant que personnel dans le domaine de la santé, c’est à nous de donner de bons exemples à la population, je donnais, je donne et je donnerai de mon sang pour sauver des vies », a laissé entendre Kodjo Assiobo, assistant médical. « Il y a quelques temps, un de mes proches était dans un cas critique et c’est grâce au sang donné par quelqu’un qu’il a pu retrouver la vie », a confié M. Assiobo.

« Aujourd’hui, c’est moi qui donne du sang mais peut-être demain, c’est moi qui aurais besoin de ce sang donc je le fais avec toute la tranquillité et j’en suis fière », a déclaré Sibi Lawson-Tychus, assistante comptable.

Ainsi, le personnel de l’Inam s’est engagé à donner de son sang. L’opération devra se poursuivre encore le 14 août 2019. L’Institut traduit dans les faits une de ses valeurs quio est la solidarité.