Myriam Dossou-d’Almeida, Directeur général de l'Inam

L’Institut national d’assurance maladie (INAM) va assurer les cotonculteurs togolais. L’annonce a été faite par Myriam Dossou-d’Almeida, la Directrice générale de l’INAM, en marge d’un atelier ce 23 août 2018 à Lomé.

Cette assurance va couvrir non seulement les producteurs mais aussi leurs familles, a expliqué la DG de l’INAM, soulignant que la couverture sociale se fera en fonction de la taille des familles.

L’assurance maladie que propose l’INAM aux cotonculteurs va intégrer les morsures de serpent, dans la prise en charge, car c’est un risque très fréquent dans les milieux agricoles, relève-t-on.

Pour le démarrage effectif de cette assurance maladie, il est prévu la signature prochaine d’une convention entre l’INAM d’une part et la Fédération nationale des groupements de producteurs du coton (FNGPC) et la Nouvelle société cotonnière du Togo (NSCT), d’autre part.

« La protection sociale ne s’envisage solidement qu’à travers le dialogue, la convergence de vu, l’adhésion et la satisfaction des besoins des cotonculteurs », a indiqué Myriam Dossou-d’Almeida. Pour elle, le plus important actuellement est de trouver un accord sur la façon dont les cotonculteurs veulent être couverts.

«C’est une opportunité qui va aider tous les producteurs à se soigner en temps réel», s’est réjoui le cotonculteur Hodabalo Yosso.

Les clauses de la convention vont définir les modalités de recouvrement des cotisations. La dernière étape sera l’enrôlement des bénéficiaires et la production des outils de prise en charge notamment les cartes d’assurance et les feuilles de soins.