Crédits photo: DR

La Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA) a lancé, ce 19 septembre 2019, la campagne « tolérance zéro » à l’égard des actes de corruption et infractions assimilées. Il s’agit d’un programme de conscientisation et de mobilisation des citoyens contre le fléau de la corruption.

Ainsi au cours de cette campagne, différents corps de métier vont être sensibilisés sur ce fléau qui nuit à l’économie du pays. « La corruption sape la démocratie et l’état de droit, entraîne la violation des droits de l’homme, fausse le jeu des marchés, nuit à la qualité de la vie et crée un terrain propice à la criminalité organisée, au terrorisme et à d’autres phénomènes qui menacent l’humanité », a résumé le président de Haplucia, Essohana Wiyao.

Il a affirmé que des instruments juridiques internationaux prescrivent trois principaux moyens de lutte contre la corruption. « Des mesures préventives, la répression et les organes chargés d’animer la croisade contre ce cancer des économies nationales », a-t-il énuméré, ajoutant que la Haplucia s’attache aux 3 moyens de lutte.

Ce sont les agents de forces de l’ordre et de sécurité, qui ont été entretenus, ce 19 septembre, sur la corruption est ses effets destructeurs. Cette rencontre est considérée comme un cadre de renforcement de la coopération entre les agents de la justice, de la police judiciaire et de la Haplucia.

Yark Damehame, ministre de la sécurité et de la protection civile, a salué la mission de la Haplucia. Pour le Général, ces séances de sensibilisation vont permettre à tous les citoyens Togolais de changer de comportements vis-à-vis de la corruption, pour le mieux-être de l’économie. «Pour dénoncer et lutter contre les rackets des agents indélicats, “1014” est le numéro vert mis en service », a rappelé le ministre, indiquant que le phénomène de corruption n’épargne aucune corporation.

Les participants ont été outillés sur la problématique de la corruption au sein de la police et de la gendarmerie, l’état de la corruption et des infractions assimilées au Togo, les dispositions déontologiques et disciplinaires de la police et de la gendarmerie. Les dispositions répréhensibles des actes de corruption et des infractions assimilées dans le nouveau code pénal du Togo, ont aussi été présentées.

La rencontre est axée sur « Participation citoyenne à la lutte contre la corruption ».

Voltic Togo