Les sociétés de téléphonie mobile Togo Cellulaire et Atlantique Télécom Togo beaucoup plus connu sous le nom Moov sont sonnés par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP). Les deux sociétés sont mises en demeure pour “violation des clauses de leurs cahiers de charges”. 

Dans un communiqué de presse parvenu à la rédaction d’Africa rendez-vous, le Comité de direction de l’ARCEP reproche Togo Cellulaire et Moov des  pratiques de différenciation des tarifs des communications intra-réseau et inter-réseau. 

L’ARCEP rappelle l’article 23 des clauses qui précise que le titulaire n’est pas autorisé à appliquer des tarifs différents pour les appels ou SMS envoyés par ses utilisateurs en fonction du destinataire de ces appels et/ou SMS, même si ceux-ci sont clients d’un autre opérateur mobile togolais, à l’exception des appels SMS envoyés aux clients d’opérateurs étrangers.

Cette pratique discriminante nuit gravement à une concurrence loyale et saine dans le secteur car elle tend à encourager et à favoriser – parce que moins chères – les communications au sein d’un même réseau (intra-réseau), au détriment d’autres réseaux (inter-réseaux)“, précise l’autorité de régulation.

Togo Cellulaire et Moov sont sonnés de remédier à ces manquements dans un délai de huit (08) jours. “A défaut, une procédure formelle de sanction pourrait être engagée à leur encontre comme le prévoit les cahiers de charges”, avertit l’ARCEP.

L’ARCEP, selon ses textes, doit jouer le rôle de gendarme derrière les opérateurs Telecom.

Voltic Togo