Kossi Koudagba / Image: Arnaud Bocco

L’attaquant togolais Kossi Koudagba est mort du paludisme. C’est à cette conclusion que beaucoup parviennent sur le décès de ce prometteur attaquant de l’ASCK de Kara, dans le Septentrion.

Quelques heures après la mort de Kossi Koudagba, des rumeurs ont circulé sur les causes de son décès. Bon nombre de personnes, citant même une source qui se s’est présentée comme un des oncles à travers des sonores partagés via WhatsApp, arguent que le jeune prodige était décédé suite à des actes d’infidélité de sa femme. Et un traitement dans un couvent a échoué après une visite inattendue de la femme indexée.

De plus en plus de versions contraires ressortent et laissent croire que Kossi Koudagba est plutôt décédé d’un “paludisme chronique”. La version officielle est qu’il était rentré en famille et avait commencé par faire des malaises dont les signes sont ceux du paludisme. Mais, à Tsévié, nombreux sont ceux qui ne veulent pas croire à cette thèse martelant sur le côté spirituel de son décès..

Kossi Koudagba était l’un des attaquants phares au niveau local. Il a même été sacré meilleur buteur de Division 2 avec l’Espoir FC de Tsévié et, deux fois meilleur buteur en Division 1 avec l’ASCK.

Jusqu’avant sa mort, le club français de Ligue 2 Tours FC était sur la piste de cet attaquant de 25 ans.

Voltic Togo