Ouagadougou, la capitale burkinabé accueille les 10 et 11 juillet 2018, le séminaire international du réseau africain des autorités de protection des données personnelles. Ce séminaire de formation, organisé par la Commission de l’informatique et des libertés (CIL), consiste en une remise à niveau des membres de ce réseau sur les implications de l’instrument juridique européen sur le continent.

Face aux défis majeurs de la protection des données et au regard des mutations technologiques, les personnels des autorités de protection doivent effectuer des contrôles des traitements de données personnelles pour s’assurer de leur conformité“, a indiqué Marguerite Ouédraogo-Bonané, la  présidente du CIL, revenant sur les objectifs de ce séminaire.

Pendant ces deux jours, les participants venus de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Sénégal, du Maroc et du Burkina Faso, partagent les meilleures pratiques en matière de contrôle des traitements des données et de gestion des plaintes. Différentes communications sont faites pour leur permettre de cerner le nouveau règlement européen. Ils ont aussi revisité les grands principes de la protection des données personnelles et faire des projections sur la sécurité des systèmes d’information à l’ère des TIC (Technologies de l’information et de la communication).

Pour rappel, notons que le règlement général européen sur la protection des données est entré en vigueur le 25 mai 2018. Les nouvelles règles consistent à donner aux citoyens plus de contrôle sur leurs données personnelles, à renforcer le rôle des autorités de protection des données et à responsabiliser davantage les entreprises tout en réduisant leurs charges déclaratives.