Félix Tshisekedi

Le président Congolais Felix Tshisekedi a gracié des prisonniers politiques comme il avait promis. Au total ils sont 700 prisonniers à bénéficier de la grâce présidentielle par décret de libération.

Selon ce décret, toute personne ayant été arrêtée pour avoir réclamé la démocratie entre 2015 et 2018 dans des manifestations devrait également bénéficier de cette grâce présidentielle.

Parmi les 700 prisonniers graciées se trouvent deu opposants qui ont été arrêtés en 2016 pour insurrection. Il s’agit de Franck Diongo Shamba, président du Mouvement lumumbiste progressiste (MLP) et  Firmin Yangambi qui est un avocat de profession.

« C’est une première action contre l’impunité », qualifie le directeur de cabinet de la présidence congolaise, Vital Nkingi.

Sont exclus, les fugitifs, les personnes condamnées pour des infractions relatives aux violences sexuelles, corruption, assassinat, trahison, vol à main armée, association des malfaiteurs, atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’État, et toute infraction contre l’autorité de l’État et l’intégrité du territoire.