Corneille Nangaa, président de la Commission électorale nationale indépendante de la RDC

Des procédures louches, si non, pas recommandables sont détectées à la Commission électorale nationale indépendante. La révélation a été faite par l’Observatoire des dépenses publics de la République démocratique du Congo (ODEPRDC) .

L’Observatoire dit s’inquiéter pour les élections du 23 décembre 2018. Ceci fait suite à une analyse menée pour évaluer et de rendre public les processus d’acquisitions des matériels, équipements et fournitures de la CENI conformément à la loi relative aux marchés publics.

Seulement, l’ODEPRDC, dans un tweet, dit s’être rendu compte qu’entre 2014-2017, 80 %  des marchés publics de la CENI ont été passés par autorisation spéciale. Ceci, passe même pour l’achat des véhicules. Selon l’Observatoire, ces achats risquent de discréditer la CENI vis-à-vis de ces partenaires.

L’Observatoire des dépenses publics réclame du Parlement de diligenter un audit au sein de la CENI sur l’utilisation des fonds alloués aux opérations électorales et d’informer le peuple congolais. Au premier ministre, il l’exhorte à prendre un décret qui va limiter l’étendue et fixer les règles des autorisations spéciales des marchés à passer par la CENI.