International Business Machines Corporation, connue sous le sigle IBM, étend son programme d’informatique quantique en Afrique avec l’Université de l’Université de Witwatersrand en Afrique du Sud.Selon les informations parvenues à la rédaction d’Africa rendez-vous, l’accord avec Wits a été signé en avril 2019.

Cette société multinationale américaine présente dans les domaines du matériel informatique, du logiciel et des services informatiques va accélérer la recherche quantique et ouvrir des possibilités éducatives en informatique quantique avec l’African Research Universities Alliance.

« C’est le tout dernier résultat du partenariat conjoint entre IBM Research et Wits, qui a commencé en 2016, date à laquelle IBM a ouvert son deuxième laboratoire en Afrique dans la Zone d’innovation numérique Tshimologong de l’Université de Wits à Johannesburg. L’expansion de l’IBM Q Network pour inclure Wits stimulera l’innovation dans les technologies d’avant-garde et bénéficiera aux chercheurs, universitaires et étudiants basés en Afrique qui ont maintenant accès à des décennies de capacités en informatique quantique en un seul clic », a déclaré Zeblon Vilakazi, vice-chancelier adjoint de Wits, Recherche et affaires du troisième cycle.

L’Université de Wits est le premier partenaire universitaire africain de l’IBM Q Network et servira de passerelle pour une collaboration universitaire en Afrique du Sud et pour les 15 autres universités membres de l’African Research Universities Alliance (ARUA).

L’informatique quantique se révèle prometteuse pour résoudre certains problèmes tels que les simulations chimiques et les types d’optimisation, qui seront toujours hors de la portée pratique des machines classiques.

Il est anticipé que les chercheurs de Wits étudieront l’utilisation de l’informatique quantique et de l’apprentissage machine dans les domaines de la biologie moléculaire avec un accent particulier sur la découverte de médicaments pour le VIH et la cosmologie.

« Pour que l’Afrique demeure compétitive dans les prochaines décennies, nous devons préparer la prochaine génération d’étudiants pour l’ère quantique », a ajouté Dr. Solomon Assefa, vice-président en charge des solutions des marchés émergents et directeur d’IBM Research – Afrique.