André Kangni Afanou avec le président du Conseil constitutionnel

La transition politique au Burkina-Faso continue de retenir les attentions. Le Centre pour les droits civils et politiques, basé à Genève en Suisse envoie dans le pays des hommes intègres, une mission d’évaluation conduite par le Togolais André Kangni Afanou.

Le Togolais est à Ouagadougou depuis le 04 jusqu’au 07 Avril à la tête d’une mission composée essentiellement de responsables d’Amnesty Burkina et du Centre International de formation et de promotion des droits de l’homme en Afrique (CIFDHA).

Selon André Kangni Afanou, Coordinateur Afrique de l’Ouest du Centre, l’objectif principal de sa mission est d’évaluer la mise en œuvre du Pacte pour les droits civils et politiques et de mieux préparer le passage du Burkina Faso devant le Comité des droits de l’Homme des Nations Unies en juin 2016.

Il est annoncé des échanges avec les représentants de différentes institutions, l’animation d’un atelier de consultation nationale sur la mise en œuvre du pacte pour les droits civils et politiques dans le pays et une rencontre avec la presse.

Le Burkina-Faso, lors de la dernière visite du Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon, avait qualifié le pays de modèle de démocratie pour avoir dit-il, su défendre des valeurs depuis l’insurrection de 2014 jusqu’à l’installation d’institutions démocratiques.