La Banque mondiale se montre bien préoccupée par l’avenir des élèves Togolais. Une mission d’évaluation du Projet Éducation et Renforcement Institutionnel, phase 2 (PERI 2) à sillonné le territoire national pour constater les avancées et déceler les goulots d’étranglements qui restent à solutionner.

Du 18 au 22 mars 2019, les dossiers importants notamment le volet financier et le respect des recommandations formulées par la BM seront passés en revue. Mais bien avant, un tour a été fait dans les régions Maritime et des Plateaux.

Les équipes du Ministère des Enseignements Primaire, Secondaire et de la Formation Professionnelle (MEPSFP), les membres de l’Unité de Coordination du Projet (UCP) et ceux de la Banque Mondiale (BM) ont assisté au lancement de la formation des enseignants du CE1 à l’utilisation du leurs nouveaux manuels scolaires. Ainsi, le vœu est que ce qu’apprennent les élèves soient plus en phase avec leurs réalités.  « Partout où nous sommes passés, nous avons constaté que cette formation se passait de manière satisfaisante et que les enseignants étaient très motivés », explique Léandre Gbénoudon, consultant en éducation pour la Banque Mondiale au Togo.

Suite à cela, les équipes se sont rendues dans la partie septentrionale du pays notamment à Sokodé, Mango ou encore Mandouri, également domaines d’intervention du PERI 2. Là encore, les équipes ont vu se dérouler la formation des enseignants du CE1, qui a concerné tout le territoire.

formation des enseignants du CE1 à l’utilisation du leurs nouveaux manuels scolaires

Sur le terrain, les équipes ont également constaté l’engouement des communautés pour la scolarisation de la jeune fille, notamment pour l’adhésion quant au port de l’uniforme scolaire distribué gratuitement par le PERI 2, aux filles du CP1 au CM2, dans les 4 préfectures sélectionnées d’Anié, de Kpélé, de Dankpen et de Kpendjal. Dans ces mêmes régions, les filles de CM1 et CM2 ont bénéficié de kits sanitaires notamment des serviettes hygiéniques afin de leur assurer un meilleur confort et une plus grande discrétion lors de leurs menstruations. En effet, lors de la venue de leurs menstrues, parfois mal préparées certaines se tâchent et sont victimes de moqueries. Cela entraine l’absentéisme chez les filles.

Pleine de satisfactions quant aux actions menées sur le terrain par le PERI 2, la mission est revenue le samedi 16 mars, pour entamer une nouvelle semaine de travail, cette fois-ci dans les locaux du Ministère, à Lomé.