Cina Lawson, ministre des postes et de l'économie numérique

Le gouvernement togolais entend investir pleinement dans les technologies de l’information et de la communication. Une politique sectorielle est en cours d’élaboration pour préciser les orientations et la stratégie pour l’atteinte de l’objectif visé.

« Notre objectif est d’investir pleinement dans les TIC en modernisant les outils des secteurs d’activité économique pour qu’aucun togolais ne soit à plus de 5km d’un point d’accès internet haut-débit », c’est en substance ce qu’a déclaré Cina Lawson, la ministre togolaise des postes et de l’économie numérique à Lomé fin août 2017. La nouvelle politique sectorielle en cours d’élaboration devra paver la voie à cet effet afin d’atteindre l’objectif visé d’ici 2022.

Cette nouvelle politique, apprend-t-on, vise à la fois le développement du secteur des TIC et les effets induits des TIC sur l’ensemble des autres secteurs de l’économie, et notamment la santé, l’éducation, l’agriculture, la fourniture des services de l’administration publique pour le développement économique et social du pays.

« La déclaration de politique du secteur de l’économie numérique se veut d’être un document de référence nationale dont l’élaboration doit associer l’ensemble des acteurs concernés », confie Cina Lawson.

Au ministère de l’économie, on évoque 4 axes principaux qui ont marqués les 5 dernières années notamment l’amélioration du cadre réglementaire afin dit-on d’attirer davantage d’investissements et de favoriser une concurrence saine et durable, des actions pour l’émergence d’offres de services de qualité à des prix abordables, le renforcement des infrastructures pour couvrir l’ensemble du territoire en s’appuyant sur les meilleures technologies permettant l’accès des populations urbaines et rurales aux services de télécommunications.

Le quatrième axe, soutiennent-ils, œuvrait pour une forte pénétration des TIC à tous les niveaux de la vie socioéconomique à travers la démocratisation des usages, l’encouragement à la formation et la recherche en matière de TIC.