Le Togo, petit pays de la côte ouest-africaine suscite beaucoup d’attention ces derniers jours avec son lot de contestation des législatives du 20 décembre 2018. Des jeunes de 9 pays africains n’ont pas voulu rester indifférents et interpellent le numéro1 Togolais.

Ces jeunes du mouvement “Africans rising” proviennent des pays tels la Gambie, l’Égypte, la Mozambique, la République démocratique du Congo, le Kenya, le Somaliland, le Zimbabwe, le Nigeria et l’Algérie, réunis à Arusha au Kenya. Ils disent exprimer leur solidarité au peuple togolais “dans sa lutte contre dictature néocoloniale et dynastique de Faure Gnassingbé”.

« Nos frères et sœurs du Togo ne méritent pas d’être tués, torturés et emprisonnés en toute impunité en protestant contre le dernier régime autocratique de l’Afrique de l’ouest qui refuse l’alternance, les élections libres et transparentes, la justice et le progrès », ont écrit ces jeunes, dans une déclaration parvenue à la rédaction d’Africa rendez-vous.

« Nous appelons la population togolaise à garder intact leur élan de défiance et de résistance contre le régime autocratique du Togo car on ne peut vaincre l’oppression qu’en se levant » ont-ils souligné.

Devra-t-on le rappeler, trois activistes du mouvement “Africans rising” avaient été interpelés nuitamment en Octobre 2017 alors qu’ils disaient apporter leur soutien au peuple Togolais.

Le Mouvement Africans Rising pour dire les Africains se lèvent, a été lancé en Mai 2017 pour « organiser et relier les luttes sociales locales sous ce parapluie, de galvaniser la solidarité avec toutes les luttes africaines » à se fier à leur  charte fondatrice dénommée « Déclaration de Kilimandjaro ».

Par Hélène martelot et Yawavi Amekeya