Makoue Atchindé, Secrétaire général de l’UGSL

Le point mort observé dans le dialogue politique inter togolais n’est pas du goût de tous les acteurs. L’Union générale des syndicats libres (UGSL) en conférence à Lomé, le  09 Avril 2018  s’est exprimée sur la situation sociopolitique du pays et a plaidé pour la poursuite des pourparlers.

Selon les premiers responsables de l’Union, tout intervenant devrait éviter tout excès en terme de discours dans le cadre de ce dialogue pour ne pas exacerber et radicaliser les positions.

Dans une déclaration rendue publique, l’Union dit observer avec  inquiétude le blocage qui caractérise le dialogue inter togolais en cours.

« L’UGSL observe avec inquiétude que malgré les concessions faites de part et d’autre dans le cadre des préparatifs et des premières séances de ce dialogue il subsiste encore des blocages. L’Union voudrait exhorter la classe politique au dépassement des positions de principe afin d’offrir un espoir au peuple togolais. Un dialogue réussi permettra la relance des activités socio-économiques et la sortie de la crise actuelle qui  a des répercussions négatives sur le pouvoir d’achat des travailleurs », ont-il laissé entendre.

« L’UGSL a voulu exhorter les protagonistes à aller à une  solution consensuelle de façon à permettre au pays d’évoluer dans tous les domaines. Nous leur disons simplement de s’entendre, de faire des efforts pour faire des compromis parce que l’objectif poursuivi par un dialogue c’est d’arriver à s’entendre mutuellement et  à céder sur certaines positions de manière à ce que chacun trouve son compte », a confié Makoue Atchindé, Secrétaire Général de l’UGSL.

L’Union dit recommander la poursuite et l’aboutissement heureux du dialogue politique en cours et leur démarche, disent-ils, est citoyenne pour contribuer à la préservation du climat de paix dans le pays pour le bien tous les travailleurs.