Le génie africain a pris le devant de la scène mondiale surtout dans le domaine de l’invention. Ils se sont de plus en plus nombreux ces jeunes africains qui épatent par leurs inventions. C’est le cas de Mountaga Keïta, jeune Guinéen, diplômé de Harvard et fondateur de Tulip Industries.

Mountaga Keïta, sans pousser le bouchon loin, est désormais le “Maître” de la borne médicale digitale qui va sans nul doute, révolutionner le monde de la médecine dans son pays la Guinée, en Afrique et bien dans le monde.

Les bornes médicales révolutionnaires

Mountaga Keïta est le fondateur de Tulip Industries à travers laquelle, il a fabriqué des « ordinateurs débout », fabriqués en Guinée, les premiers du genre en Afrique subsaharienne. Ils intègrent différentes fonctionnalités et adaptés aux réalités du pays notamment des paramètres qui intègrent les langues nationales de la Guinée.

Pour le patron de Tulip Industries, vu le rythme de l’explosion démographique en Guinée, disposer d’outils permettant d’automatiser des services ne doit pas être vu comme un luxe mais une nécessité.

 « En Guinée, j’ai remarqué que l’un des grands problèmes c’est simplement la gestion de la masse. Nous sommes tous en même temps au même endroit. Systématiser les procédures, c’est de fabriquer ces machines qui permettent d’automatiser les services », s’est-il confié et d’ajouter « Je ne savais rien des bornes, mais je me suis dit si dans d’autres pays, ils utilisent des bornes interactives, alors nous aussi on pourrait le faire. Mais si nous utilisons des bornes importées, ces bornes ne sont pas adaptées à nous. Ces ordinateurs, ces objets technologiques importés sont certes bons, mais ils ne sont très souvent pas adaptés à nous, lorsque l’électricité s’en va. »

Les bornes médicales sont conçues avec des imprimantes déjà intégrées mais pour ne jamais manquer d’encre et peuvent toujours fonctionner pendant 72 heures même en cas de délestage parce-que, explique le concepteur, dotées d’imprimantes thermiques de toutes les tailles.

La cardiologie à l’état pur

« C’est une borne totalement autonome en énergie, avec des capteurs à l’arrière. Quand on y met le doigt, avec la lumière, on obtient tous les battements cardiaques et même le taux d’oxygène dans le sang. La cardiologie à l’état pur. Cette borne a des caméras thermiques, la thermographie qui permet de déceler les cancers de sang qui arrivent chez les femmes et même permettre aux femmes qui ont des problèmes de fécondité à savoir quel est le jour parfait pour procréer », précise Mountaga Keïta.

C’est aussi avec cette borne que les praticiens de la médecine en Guinée, peuvent faire soigner leurs patients par téléconférence.

Un chemin bien tracé

De retour au pays après ses études de droit à l’université Paris 5 en France, Mountaga Keïta était toujours en quête de la connaissance. Malgré ses 8 tentatives d’obtention de visa en 6 mois, pour les Etats-Unis, qui se sont soldées par l’échec, le jeune homme n’a pas baissé les bras. La neuvième tentative a été la bonne. Et, arrivé au pays de l’Oncle Sam, il a été accueilli par la prestigieuse université de Havard où il s’en sort avec la mention Excellent alors qu’il étudiait le “science international business”.

Son génie l’a propulsé dans la plus grande banque des USA, Bank of America. Parallèlement, il a mis son expertise au service d’autres banques, consultant ici, formateur là avant d’être nommé directeur de Suntrus Bank à Washington district.

Travaillant de 8h à 17 h, parallèlement il suivait les cours à l’université du Maryland de 19h à 22 h30.  « L’Amérique ne m’a pas fait de cadeau mais moi aussi je lui ai pas concédé une partie de moi » dit-il. Après douze ans aux Etats-Unis, guinéen et citoyen américain, l’amour pour son pays lui pousse à revenir en Guinée en 2013.

Depuis lors, Mountaga Keïta accumule des prix et distinctions sur le continent, en Europe et même aux Etats-Unis.