Gilbert Tsolenyanu, Secrétaire général du SYNPHOT

Le sang reste le dénominateur commun de tout être humain et donc, un élément indispensable à celui-ci. Une équation que le Syndicat national des praticiens hospitaliers du Togo (SYNPHOT) a comprise et a décidé d’agir en fonction en initiant un projet qui a pour objectif d’atteindre zéro besoin en sang d’ici 2022.

Pour le lancement de ce projet dénommé ‘‘sang pour sang’’, le SYNPHOT était face à la presse ce mardi 27 août 2019 pour lancer sa campagne nationale de lutte contre la pénurie de poches de sang au Togo.

Au Togo, une banque de sang coûte entre 13 et 15 millions Francs Cfa, selon le Syndicat. Ils entendent alors, mobiliser des fonds sur des activités grandes publiques génératrices pour lever un fond de 1 milliard 249 millions 848 mille ainsi que 35.000 poches de sang d’ici 2022 mais aussi, de mener des actions de don de sang dans différents endroits du Togo.

Cette campagne vise à sensibiliser la population sur l’utilité du don de sang, à installer  des banques de sang dans les zones non couvertes et ambitionne également de susciter la vocation de donneur de sang au sein de la population. A terme, le secteur privé devra se sentir bien concerné par la problématique du don de sang.

« Notre projet à l’ambition non seulement d’aider à combler le déficit en besoin qui s’élève à 35.000 poches de sang en tenant compte de la population togolaise actuelle mais aussi, de pouvoir trouver des moyens financiers qui vont aider à acheter les réactifs pour certifier et qualifier ces produits sanguins et aussi doter certains sites où il y a manque de banques de sang», a expliqué Dr Gilbert Tsolenyanu, le secrétaire général du SYNPHOT.

Il a énuméré ces sites comme étant ceux de Mandourie, Mango, la préfecture de Mo, d’Anié et de Badou

Le Docteur Tsolenyanu trouve qu’il est crucial et vital de trouver une solution à ce problème qu’il qualifie de ‘‘drame silencieux’’ car selon lui, il est inconcevable que quelqu’un meurt d’anémie en ce 21ème siècle.

« Nous prévoyons des concerts parce que nous estimons que pour permettre à plusieurs personnes ou artiste d’être des égéries de cette lutte, ils peuvent contribuer en organisant des concerts. Les bénéfices de ces concerts vont servir à acheter des banques de sang, des réactifs et financer les collations post don de sang ainsi que les déplacements des donneurs dans les zones très reculées », a ajouté le Secrétaire général du SYNPHOT.

Pour la première action de l’opération ‘‘sang pour sang’’, le rendez-vous est pris pour le 30 août 2019 à Afagnan, dans la préfecture du Bas-mono, à une centaine de Kilomètres de la capitale.