L’Organisation des Nations Unies appellent les autorités soudanaises à protéger les manifestants. L’appel a été lancé par la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet.

Au Soudan, l’utilisation de gaz lacrymogène et de balles réelles par les forces de sécurité lors des manifestations qui ont débuté en décembre dernier suscite de vives préoccupations. Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), les derniers affrontements entre les manifestants et les forces de sécurité auraient fait 70 morts.

« De toute évidence, beaucoup de personnes sont mortes », a déclaré Mme Shamdasani, soulignant à quel point il était difficile de vérifier les chiffres ou de déterminer qui était responsable, car différents éléments des forces de sécurité du pays semblent « prendre des positions différentes ».

« Nous avons été en contact avec les autorités et celles-ci ont invité notre bureau à rendre visite et nous discutons avec elles à ce sujet », a déclaré la porte-parole. « Nous appelons une nouvelle fois le gouvernement et les forces de sécurité à veiller à ce que le droit de réunion pacifique soit pleinement respecté, ainsi que le droit à la liberté d’expression, et qu’un véritable dialogue soit engagé pour résoudre cette situation très complexe avec des griefs économiques et sociaux du public bien réels », a-t-elle ajouté.