Le 17 mars 2015 a fait inscrire une nouvelle page dans l’histoire électorale du bénin. Les députés à l’Assemblée nationale accordent carte blanche aux « illettrés » de se positionner comme candidats aux élections.

Selon les Parlementaires béninois, cette modification du code électoral vient régler certains problèmes qui se posent aux partis politiques. Ils évoquent entre autres, le niveau d’instruction des candidats aux élections locales qui n’est plus une condition à remplir contrairement aux candidats aux élections municipales et communales qui doivent nécessairement savoir lire et écrire conformément aux dispositions de l’article 393.
Avec le nouveau code, toute pièce prouvant que le candidat a engagé la procédure d’obtention du jugement supplétif suffirait pour déposer son dossier de candidature à défaut d’un acte de naissance ou d’un jugement supplétif.