Mgr Philippe Fanouko Kpodzro

A quelques heures de l’ouverture du dialogue entre majorité présidentielle et opposition à Lomé, des langues et non des moindres, se délient sur les attentes. Mercredi 14 Février 2018, c’est au tour de Monseigneur Philippe Fanouko Kpodzro d’interpeller Faure Gnassingbé à quitter le pouvoir en 2020.

Selon cet ancien président de la conférence nationale souveraine, ce sera à l’honneur du Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé de finir convenablement son mandat actuel et accepter de ne plus se présenter aux élections en 2020. «  En toute humilité, je réitère la demande de réhabilitation de la constitution de 1992 dans son intégralité, avec toutes ses implications juridiques, et des élargissements enrichissants si nécessaire », a-t-il insisté.

Monseigneur Philippe Fanouko Kpodzro, ancien archevêque de la ville de Lomé, dit espérer une fin heureuse à cet énième dialogue. Devant la presse à Lomé, il a formulé des recommandations à l’endroit des partis politiques et autres associations de la société civile, aux politiciens de même qu’aux “victimes de l’ordre ancien”.

Quelques jours plus tôt, le président du Nigéria, Muhammadu Buhari, qui recevait l’ambassadeur du Togo à Abuja, a indiqué que les “transitions politiques pacifiques” n’étaient “plus négociables” en Afrique de l’Ouest, craignant que toute crise politique ne déborde sur les pays voisins.

Voltic Togo