Fumer de la chicha ou en vendre n’est pas interdit au Ghana mais plutôt réglementé. Le Ghana food and drugs board ou l’autorité de régulation des produits alimentaires et médicamenteux annonce de lourdes peines contre ceux qui iront à l’encontre de la loi.

Cette loi exige des opérateurs d’enregistrer le produit et afficher des avertissements visibles sur les dangers du tabagisme, au risque d’une peine d’emprisonnement d’au moins 3 ans et à des frais administratifs de 4 000 dollars américains.

Au Ghana, contrairement aux observations de l’OMS, une idée bien répandue fait croire que fumer la chicha serait moins nocif que la cigarette.