Des ouvriers travaillant dans une mine d'or en RDC / Photo: L'Express

Au moins 24 personnes ont trouvé la mort dans un éboulement de mine en République démocratique du Congo (RDC). Le drame s’est produit, le samedi 14 décembre 2019, en Ituri, une province à l’est de la RDC, d’une superficie de 65 658 km².

A en croire le ministre provincial des mines du Haut-Uele, le spluies diluviennes en sont la cause. “L’incident s’est produit entre 17h30 et 18h00 (15h30-16h00 GMT). Ils ont été surpris par cet éboulement qui les a engloutis. Les pluies qui s’abattent quasiment chaque jour ces derniers temps sur la région sont les principales causes de cet éboulement”, a-t-il expliqué à nos confrères de l’AFP.

Plus au sud de cette province, le réseau d’organisations de la société civile a aussi recensé “31 cas de décès entre le 7 et le 14 décembre, dus aux éboulements, aux affaissements de sols ou des murs écroulés” à Bukavu (Sud-Kivu, est) où “la pluviométrie est particulièrement abondante.

Le dernier éboulement meurtrier dans une mine d’exploitation artisanale avait fait 31 morts au Maniema en octobre alors qu’à Kinshasa, une pluie a causé la mort d’au moins 41 personnes le 26 novembre 2019.

En RDC, les accidents dans les mines exploitées par des creuseurs artisanaux sont fréquents et souvent très meurtriers, mais largement sous-documentés compte tenu des endroits extrêmement enclavés où ils se produisent.

Les creuseurs artisanaux travaillent dans des conditions difficiles, sans respect des normes de sécurité. Ils écoulent ensuite leur minerai via des comptoirs qui les revendent à de grosses entreprises étrangères.

Avec AFP

Voltic Togo