Photo : DR

Le mouvement “Girls’ Motion” de Plan international Togo veut changer positivement l’image des filles et femmes dans la société. Les responsables du mouvment l’ont une fois encore rappelé en marge de la célébration de la journée internationale de la jeune fille.

Cette journée a été une occasion d’échanges et de partage avec la presse du contenu du rapport sur l’étude intitulée « Réécrire son histoire ».

Ce rapport diligenté par Plan stipule que les causes majeures qui empêchent les filles de réaliser leur droit à l’éducation sont entre autres, les normes et croyances sociales et les stéréotypes préjudiciables faites à la gent féminine dans la société.

Elbra Bakolé, chargé du développement du mouvement souhaite que les médias apportent leurs contributions à la lutte contre les stéréotypes préjudiciables aux filles et femmes dans la société. Parce que ce même rapport souligne que les médias contribuent à ternir davantage l’image de la fille en diffusant les stéréotypes sexistes qui constituent des obstacles à leur évolution.

Cette étude souligne également l’influence des films et des médias sur la vie et les ambitions de leadership des filles. « Les films les plus populaires de la planète continuent à présenter un monde dirigé par les hommes pour les hommes. Ce qui empêche l’épanouissement de la gent féminine », selon le rapport.

« Les femmes et les filles sont rarement présentées comme des leaders, et même lorsqu’elles sont dans des positions de leadership, elles sont bien plus susceptibles que les hommes, d’être présentées comme des objets sexuels », déplore le rapport.

Pour madame Bakolé, le rapport reflète la situation actuelle des filles et des femmes dans le monde.

Le mouvement “Girls’ Motion” est une initiative qui lutte pour l’égalité du genre à travers des sensibilisations sur le changement de mentalité et l’élimination des violences sexuelles.