Challengeur audacieuse, Nadine Yassine Hijazie s’est inspirée de certains des écrits de Molière dont “si Moliere était noir, qu’en serait-il de l’Avare?” pour “bousculer” le monde de l’immigration.

Tout en gardant le style moliéresque la metteuse en scène, Ivoirienne d’origine Libanaise, s’est efforcée pour montrer que la culture et les maux sont universels. Nadine est donc partie de l’envie de faire une création singulière mettant en scène deux personnages et non des moindres, Anatole et Kanté. Un pas osé qui rend l’œuvre aussi bien contemporain.

Dans cette pièce théâtrale, Anatole et Kanté se retrouvent dans un camp de réfugies, rassemblés par la douleur d’avoir quitté leur «chez eux» pour un nouveau monde inconnu. Kanté étant de l’anti intégration ne souhaite pas rejoindre le rang de ce dernier.  Anatole quant a lui, veut convaincre Kanté que toutes les sociétés rencontrent les mêmes maux. Il va tenter de lui prouver que l’intégration ne veut pas dire soumission mais par contre “aider les humains à tirer profit de l’expatriation“.

Nadine, petite fille d’immigrés de l’immigration va à cet effet faire un melting pot de plusieurs genres théâtraux notamment le classique et le comique.

« Je désire que cette pièce soit vécue par tous comme une sorte de miroir qui amènera chaque spectateur à voir son reflet d’immigré » a t elle déclaré. Pour elle, le dispositif scénique proposé va permettre de contenir l’Avare et l’histoire de Kanté, réfugié de l’anti-intégration.

D’origine libanaise, Nadine est  née en 1972 en Côte d’ivoire et a grandi entre Abidjan et la France. En 2003, elle voyage sur le Togo où elle décide de faire le métier de metteur en scène.

Par Hélène Martelot et Kassim Moumouni

Voltic Togo