Le canton de Bitchabé, constitué de 15 villages se révèle comme un modèle à Bassar, localité située à 95 km de la ville de Kara. Le canton s’illustre bien avec l’approche ‘’communauté amis des enfants’’.

L’approche est conçue pour favoriser le vivre ensemble dans la communauté. Elle crée une complicité entre les habitants et permet aussi, in fine, de connaitre le nombre exact de la population.

« L’enfant dès sa naissance, bénéficie de son droit à l’identité qui est l’enregistrement de naissance et d’une prise en charge sanitaire de qualité. Il grandit dans une atmosphère sécurisée et conviviale. L’enfant jouit de tous ses droits à l’éducation et à la protection sociale », explique Ahamodon Mikaila, Infirmier d’Etat du Centre de formation sanitaire de Bitchabé.

Mikaila précise que les enfants de Bitchabé sont suivis jusqu’à l’âge de 18 ans et que les grossesses en milieu scolaire deviennent vraiment rares. « Nous y arrivons grâce à l’implication des agents de santé communautaire (ASC), surtout au niveau de la prise en charge des enfants. »

Selon ses explications, cette approche permet depuis son implémentation en 2018, de passer de 27% à 52% en termes de taux de consultations prénatales. Cet infirmier d’Etat s’en félicite parce-que précise-t-il, l’objectif était de 40%. Et, l’année n’est pas encore terminée. Ce taux pourrait encore évoluer.

« Ici (Bitchabé ndlr), les femmes étaient des championnes en accouchements à domicile à cause des difficultés d’accès aux centres de santé. Avec l’approche, la pratique a considérablement baissé », a laissé entendre M. Mikaila.

Communauté amis des enfants, un bel exemple

Le succès de l’approche “Communauté amis des enfants” est un bel exemple. Il se repose sur 5 piliers : la gouvernance locale, le système communautaire multisectoriel, le service de santé de qualité, le partenariat local et le suivi en temps réel.

La communauté s’organise et gère ses problèmes et y trouve elle-même des solutions. Le système communautaire multisectoriel rassemble enseignants, encadreurs, et des membres de la communauté (CVD) pour traiter des problèmes de santé et autres problèmes auxquels la communauté est confrontée. Le service de santé de qualité est conduit par les agents de santé communautaires (ASC) qui sont formés et équipés pour accomplir leur mission. De la température à la nutrition en passant par les mouvements respiratoires des enfants, tout est passé au peigne fin.

Les ASC font des synthèses mensuelles et des réunions chez les infirmiers qui font remonter les informations au niveau des districts pour les acheminer au niveau de la région. A Bitchabé, chaque chef de village maintient une étroite collaboration avec les habitants. Cela lui permet de connaitre toutes les difficultés. Ces préoccupations sont transmises dans un rapport au chef canton qui rend compte au préfet. Et ensemble, des approches de solution sont trouvées. Et ça marche bien. Autant de prouesses qui font de Bitchabé, un canton modèle à Bassar et dont beaucoup devraient s’en inspirer pour un dévelopement à la base.

L’approche, il faut le rappeler, est une initiative de gouvernement togolais, financée par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) qui bénéficie aussi de l’appui technique et financier de ses partenaires dont les fonds Muskoka, l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination et les fonds Takeda. Outre le Togo, l’approche connait de la réussite au Tchad, en RDC, en Guinée et au Liberia.

Voltic Togo