Journée pas habituelle dans les locaux du Collectif des associations contre impunité au Togo. Avec 152 “volontaires de la paix” déployés sur le terrain, des analystes restés au village électoral basé au siège du CACIT, n’ont cessé de  consigner les diverses informations recueillies sur toute l’étendue du territoire togolais.

Une journée harassante mais d’une importance capitale pour le peuple togolais, le CACIT à de ce fait mis en place un mécanisme d’alerte précoce des violences en période électorale à son siège. A travers ce mécanisme, il peut se féliciter d’avoir apporté sa contribution pour éviter d’éventuels cas, pouvant être sources de violence durant ce processus.

Pour un scrutin apaisé et sans violence, le Collectif des associations contre l’impunité au Togo n’a pas lésé sur les moyens. Il a déployé des volontaires de la paix sur toute l’étendue du territoire, plus précisément dans 12villes du pays. Leur leitmotiv, déceler tout cas de violence et informer les coordonnateurs pouvant les prévenir. Un travail qui parait anodin mais à exécuter avec subtilité.

Une équipe d’analystes restée sur place pour relayer les informations concoctées de tout part, a été vraiment servie. Les téléphones portables n’ont cessé de sonner, les alertes mails n’ont cessé d’être signalé, sur le terrain  ce n’est surtout pas un statut quo. La plateforme citoyenne Nukpola dont le CACIT est aussi partie a également été mise à contribution pour gérer aussi rapidement que possible, les foyers de tension signalés.

Les bureaux de vote ouverts avec beaucoup de retard, l’absence de listes d’émargements et de vignettes dans certains bureaux de vote, des personnes non inscrites mais qui ont eu l’autorisation de voter, des mineurs venu voter mais qui ont été interdits d’accès, des petits conflits ou incompréhensions aussi bien de la population que des membres des bureaux de vote, des incidents du genre ont été signalés ça et là au cours de cette journée exceptionnelle. Que faire alors pour éviter qu’une étincelle ne devienne la cause d’un feu de brousse ? Tel est l’objectif fondamental que s’est assigné le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo.

Après réception des plaintes, le CACIT à travers son dispositif de vérification d’information, appelle instantanément les personnes ressources pouvant confirmer ou infirmer les renseignements reçus. L’essentiel est les actions menées à chaud pour éviter à tous la violence au cours de  cette journée. Pour  Bernard Bokodjin, responsable du projet, l’objectif est bien atteint.

Après la fermeture de certains bureaux de vote à 16h a suivi le dépouillement comme prévu. Certains centres ont eu du retard à l’instar du centre Technocrate d’Adidogomé, précisément le Bureau 4. A Kpalimé par exemple, le scrutin s’est passé sans incident, de même que le dépouillement. C’est le  calme absolu dans cette partie du pays généralement acquise à l’opposition.

L’heure du dépouillement est certes,  le moment qui a fait monter plus la tension.

Voltic Togo