Human Rights Watch (HRW) a exhorté lundi 07 Juillet, le Maroc “à cesser de poursuivre des personnes pour homosexualité”. C’est en réaction à la confirmation en appel de peines de prison ferme prononcées à Fqih Bensalah, dans le centre du royaume.

En mai, six Marocains notamment inculpés pour homosexualité avaient été condamnés à des peines allant jusqu’à trois ans de prison, ainsi qu’à leur expulsion de la ville au terme de leur détention.

Ces verdicts ont été en partie confirmés le 2 juillet par une cour d’appel, qui “a réduit les deux peines de prison les plus longues, a assorti de sursis les autres peines de prison et annulé les mesures de bannissement”, a relevé dans un communiqué HRW, selon qui “le gouvernement marocain devrait cesser de poursuivre des personnes en justice pour homosexualité”.

Au titre de l’article 489 du code pénal marocain, les actes homosexuels sont passibles d’une peine allant jusqu’à trois ans de prison.

Selon HRW, cette criminalisation “constitue une violation de droits humains fondamentaux qui sont protégés par le droit international”.

A ce sujet, l’ONG basée à New York rappelle que Rabat est, de longue date, signataire du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP).