Le siège de la HAAC

La Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) a fait tomber 3 journaux togolais. L’autorité leur reproche des preuves insuffisantes sur des écrits dans leurs colonnes en lien avec la Françafrique.

D’abord, le quotidien “Liberté” qui est suspendu de 15 jours de parution à compter du 25 mars 2020. Il est reproché à ce journal la non véracité des propos contenus dans l’article.

Cette décision de la Haac fait suite à une plainte de l’ambassadeur de France au Togo, contre le journal pour “accusations graves, infondées et calomnieuses” contre le diplomate et la France.

C’est également suite à une plainte de l’Ambassadeur de France au Togo pour “accusations graves, infondées et calomnieuses contre M. Franck Paris, conseiller pour l’Afrique du président français” que le journal L’Alternative a été aussi convoqué. Pour le même motif, l’organe de presse a écopé d’une suspension de deux mois.

Le troisième brulot à passer sous la hache de la Haac est l’hebdomadaire “Fraternité”. Ce journal est accusé d’avoir tenu des propos “discourtois, injurieux et diffamatoires à l’endroit des membres de la Haac”. La sanction est une suspension de deux mois, à compter du 1er Avril 2020.

Pour des journalistes et organisations de presse, la liberté de presse est menacée.

Voltic Togo