Me Célestin Kokouvi Agbogan, président de la LTDH (photo News Alome)

Le président de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) est en garde à vue à Tsévie, un peu plus de 35 km, au nord de la capitale, suite à un accident de circulation dont il était l’auteur. Mercredi 23 septembre 2020, une délégation du bureau exécutive est allé s’enquérir des conditions de détention de leur président, Me Célestin Kokouvi Agbogan.

A se fier à un communiqué de la Ligue, parvenu à Africa rendez-vous, Me Agbogan est transféré à la brigade anti-gang dans la nuit du 22 septembre par crainte dit-on, de risque de troubles à l’ordre public que pourrait engendrer sa présence.

Me Agbogan, à en croire la délégation de la LTDH, se porte bien. Seulement, la procédure judiciaire risque de ne pas vite évoluer. “Il a été signifié à la délégation que le Procureur, en congé, n’était pas encore au bureau. Néanmoins, c’est lui qui a la charge du dossier“, rapporte la délégation à travers un communiqué, en date du 23 septembre, signé du Secrétaire général, Me George Kodjo Amouzou.

La LTDH est créée depuis 1990 par des avocats et des enseignants. Elle s’est donnée pour mission, la protection et de la promotion des droits de la personne. Des défenseurs des droits de l’hommes disent craindre une incarcération politique afin de “faire taire une voix forte du barreau de Lomé”.

Voltic Togo