#BringBackOurFreedom, pour dire ramener nous notre liberté c’est le hashtag fort des associations de la société civile togolais ont choisi pour disent-elles, réclamer le retour à la situation anté de liberté de manifestation publique au Togo.

Regroupés au sein d’une plateforme, ces associations entendent amener le gouvernement à revoir la loi sur les manifestations publiques au Togo. Les acteurs de la société civile disent appeler les autorités à prendre conscience des réprobations des citoyens vis-à-vis de leurs décisions.

Ce mouvement cityen rappelle que la démocratie se nourrit de la liberté de manifestation.

La nouvelle loi, révisée et adoptée à l’Assemblée nationale en Août 2019, connait des mesures jugées restrictives.

Avec la “loi Bodjona” révisée, les manifestations sont entre autres, interdites sur certains axes et zones notamment toutes les routes nationales, les axes et zones où se déroulent de fortes activités économiques, dans les centres urbains; les axes et zones proches des institutions de la république; les axes et zones proches des chancelleries et résidences des ambassadeurs et représentants d’organisations internationales tout comme les axes et zones proches des camps militaires et des camps de service de sécurité.

« Cette la loi est une loi liberticide qu’aucun togolais ne doit respecter», a fait savoir Me Célestin Agbogan, Secrétaire général de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH).

Voltic Togo