L’éducation de la jeune fille est l’un des indices prioritaires pour le développement, pour débattre de cette thématique, un atelier de dialogue s’est tenu le mercredi 30 juillet dans la capitale togolaise, sur le thème « Grossesse en milieu scolaire: causes, conséquences et approches de solutions ». L’éducation de la jeune fille togolaise est souvent menacée par des grossesses retient-on des échanges. Ce fléau qui échappe à tout contrôle a pour conséquence l’abandon précoce des études par les filles.

Au Togo, entre 2009 et 2013, 12343 cas de grossesses ont été enregistrés en milieu scolaire dont 7000 pour la seule année scolaire 2012-2013 a indiqué la ministre de l’action sociale et de la promotion de la femme Dédé Ahoéfa Ekoué. “Le phénomène n’épargne pas les enfants du cours primaire dont l’âge est compris entre 8 et 12 ans” a-t-elle déclaré.

Pour Epiphanie Houmey Eklou-Koevanu (Photo), Coordinatrice du GF2D qui a présenté la communication sur « l’évolution, les causes et conséquences des grossesses précoces en milieu scolaire », il s’agit d’une forme de pédophilie car souvent les filles sont mineures. “Ces dérives graves dans le système éducatif au Togo sont souvent restées impunies” a-t-elle affirmé avant de rappeler que “L’éducation de la jeune fille togolaise est en danger si rien n’est fait“.

Rappelons que cet atelier veut rompre le silence qui entoure le phénomène et faire des plaidoyers pour renforcer les lois qui protègent les jeunes filles en milieu scolaire.

Voltic Togo