Les pays d’Afrique unissent leur force pour éviter une nouvelle pandémie « surprise » comme ce fut le cas d’Ebola. Au cours d’une réunion ministérielle « une seule santé » à Dakar, les ministres responsables de la santé des pays d’Afrique de l’Ouest, ont pris des résolutions pour éviter un « remake » du genre Ebola au continent.

A Dakar, les ministres ont appelé les partenaires à la rescousse pour mobiliser conjointement des ressources pour rendre opérationnels le Centre régional de surveillance et de contrôle des maladies (CRSM) et le Centre régional de santé animale (CRSA) de la CEDEAO. Une démarche qui à leurs yeux, pourra sauver des vies dans l’avenir. Aussi, ont-ils décidé de faire le plaidoyer et mener conjointement la mobilisation des ressources intérieures et extérieures pour la mise en œuvre du cadre stratégique régional pour l’approche « Une seule santé ».

Mais, la dynamique devant venir de chaque pays, les représentants de ces pays de l’a CEDEAO à la réunion se sont engagés à mettre en place des mécanismes nationaux solides pour la coordination intersectorielle et les partenariats en vue de faciliter la mise en œuvre des initiatives mondiales et régionales actuelles, une meilleure harmonisation et un meilleur partage de l’information entre les secteurs de la santé animale, humaine et environnementale. Ils se sont aussi mis d’accord d’appuyer l’institutionnalisation et l’appropriation de l’approche « Une seule santé » à tous les niveaux.

Selon les chiffres de l’Organisation mondiale pour la santé (OMS) 75 % des maladies émergentes qui ont touché les humains au cours de la dernière décennie provenaient d’animaux ou de produits animaux, et que beaucoup d’entre elles étaient susceptibles de se propager largement et devenir des risques pesant sur la sécurité sanitaire mondiale avec des effets socioéconomiques négatifs importants.

Le virus Ebola qui s’est très vite propagé en Afrique de l’Ouest a atteint  plus de 28 000 personnes, et plus de 11 000 décès dévastant les économies nationales.