Le Front citoyen Togo Debout (FCTD) qui regroupe des associations et organisations de la société civile togolaise lance encore et une fois de plus, un appel pressant à la CEDEAO qui tient sa session ordinaire à Lomé. Pour eux, tout doit être mis en œuvre pour éviter au Togo, un “2005 bis”

CEDEAO: plus de 2005!, prenez vos responsabilités“; “CEDEAO: le Togo n’est pas une dynastie“, “CEDEAO: le statu quo n’est plus possible au Togo“; “CEDEAO: ta feuille de route = transition, réformes, élections“, voilà entre autres des messages sur des écriteaux exhibés par des responsables de Togo Debout qui veulent ainsi, interpeler les Chefs d’Etat et de gouvernement sur leurs propositions de sortie de crise au Togo.

Selon les responsables du FCTD, le Togo est le seul pays de la sous-région ouest-africaine à avoir payé un lourd tribut pour l’aspiration à un régime démocratique. “La CEDEAO n’est pas étrangère à ce qui s’est passé en 2005“, soutiennent-ils indiquant qu’elle doit réparer par sa feuille de route, les torts causés aux togolais.

Pour David Dosseh, 1er porte-parole du FCTD, la CEDEAO est l’une des acteurs clés des violences commises par le régime RPT en 2005 avec des centaines de morts, au moins 500, selon la Commission d’enquête Doudou Diène des Nations Unies.

 Nous attendons que la CEDEAO prenne  ses responsabilités, qu’elle ne soit plus complaisance  vis-à-vis du pouvoir », a-t-il lancé.

« Il est nécessaire pour la CEDEAO de s’imposer par rapport à la vision 2020, qui est de passer d’une CEDEAO des Etats à une CEDEAO des peuples en formulant des recommandations claires et sans complaisance qui répondent aux aspirations profondes et légitimes des populations togolaises», ont fait savoir les responsables du  FCTD.

Aussi ont-ils appelé la CEDEAO à être  garante de l’effectivité de sa feuille de route. « Transition- réformes- élections, voilà l’aspiration profonde du peuple togolais », a conclu le FCTD.

Réunis à Lomé à la faveur de la 20ème session ordinaire de la CEDEAO, les Chefs d’Etat et de gouvernement de l’espace seront, entre autres, mis au parfum du rapport des facilitateurs Nana Akufo Addo , président du Ghana et Alpha Condé, président de la Guinée pour une sortie de crise.