Le président de la banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina a invité, le mercredi 12 juin 2019 à  Malabo en Guinée Equatoriale, les gouverneurs africains à l’urgence d’activer le processus d’intégration régionale. Un appel lancé à ouverture des assemblées annuelles de la banque africaine.

Cette rencontre a permis à la Banque de faire connaître ses points de vue sur l’état de l’économie africaine, présenter un état des lieux de ses travaux.

Le président Adesina a instamment invité les gouvernements africains à œuvrer à la suppression des barrières non tarifaires. « La suppression de ces barrières  va suffire, à elle seule, à accroître le commerce intra-africain d’au moins 53%, et potentiellement de le doubler », a affirmé Adesina.

Selon  lui, l’intégration régionale constitue l’une des cinq grandes priorités stratégiques, « High 5 » de la Banque pour accélérer la transformation économique de l’Afrique.

La Banque africaine de développement a investi plus de 13 milliards de dollars américains en Afrique centrale. « Et pour chaque dollar que nous y avons investi, la région a généré 36 dollars, un taux de rendement incroyable de 36  », a ajouté Adesina.

« Les opportunités économiques de l’Afrique, qui sont illimitées, suscitent partout un grand enthousiasme. La zone de libre-échange continentale en Afrique, qui vient d’être ratifiée, fera du continent la plus grande zone de libre-échange dans le monde, avec un PIB combiné de plus de 3 300 milliards de dollars américains », a-t-il expliqué.