Au Ghana, la société de manganèse ferme ses portes. Le ministre ghanéen des Terres et des ressources naturelles Kweku Asoma Cheremeh, a rendu publique décision de fermeture de la Ghana Manganese Company Limited jusqu’à nouvel ordre, à compter du lundi 5 août.

Selon les explications du ministre rapportées par la presse locale, cette fermeture répondait à l’incapacité de la société à remplir ses obligations financières, qui ont entraîné une perte de revenus de plus de 300 millions de dollars pour l’État.

«Nous allons les engager pour trouver une solution amiable à l’infraction qu’ils ont commise. S’ils n’ont pas de bonne explication, nous les poursuivrons alors devant le tribunal », a-t-il déclaré à l’endroit des premiers responsables de la société.

Il a ajouté que le gouvernement envisagerait également une prise de contrôle totale de la société ou la vente des actifs de la société pour rembourser la dette si cela devenait nécessaire.

En janvier, la Ghana Manganese Company Limited a été contrainte d’arrêter ses activités minières afin de permettre à l’État de procéder à un audit financier approfondi de ses activités.

Il est apparu que la société n’avait pas payé de redevance supplémentaire soit 12,8 millions de dollars, ni d’impôts sur les sociétés supplémentaires, 79 millions de dollars, ni de perte de dividendes déclarée estimées à 6,1 millions de dollars, rapporte la presse locale.

Une perte de revenus supplémentaires de 259 millions de dollars s’est également établie à l’étranger entre 2010 et 2017, aucune vérification des prix de transfert n’ayant été effectuée avant 2017.

L’audit a également permis de constater des déficiences majeures d’infrastructures résultant des opérations de GMCL.