Roch Marc Christian Kabore, Président du Burkina-Faso

Le Burkina Faso a mis en place de nouvelles mesures de sécurité dans la capitale Ouagadougou, suite aux attaques de jihadistes  le mois dernier qui ont tué 19 personnes. L’annonce est faite par le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré.

“Nous avons pris des mesures sur Kwamé N’Krumah (l’avenue principale de la capitale), vous verrez des mesures permanentes, de nuit comme de jour, pour minimiser les risques” d’attaques djihadistes, a déclaré Simon Compaoré après une réunion à huis clos avec les résidents et les propriétaires de magasins et d’entreprises sur l’avenue.

Le ministre a déclaré que les “fortes mesures” étaient prises pour s’assurer que l’avenue soit plus sûre. Le 13 août, la rue principale de la capitale a été la cible d’une attaque lorsque deux hommes armés ont ouvert le feu dans un restaurant turc  tuant 19 personnes et blessant 21 autres. Alors que le ministre n’a pas précisé les mesures prises, les sections locales ont décrit une opération de sécurité renforcée au cœur de la capitale ces derniers jours, y compris les patrouilles  par la police ainsi que les contrôles d’identité sur l’avenue principale.

“Depuis jeudi, nous avons des policiers et des gendarmes qui patrouillent dans les deux sens sur l’avenue et qui se positionnent devant des points chauds”, a déclaré Zeinatou Kontogomde, propriétaire d’une boîte de nuit touchée par une attaque en janvier 2016.
Le Burkina est l’un des nombreux pays d’Afrique de l’Ouest depuis 2015 qui a été la cible d’une série d’attaques djihadistes ciblant des spots populaires auprès des étrangers et des habitants.
Voltic Togo