Dimanche 6 octobre 2019, un Casque bleu de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) a été tué.

Cinq autres ont été également blessés. L’évènement est survenu quand un engin explosif s’est explosé au passage de leur véhicule de patrouille dans les périmètres d’Aguelhok, une commune du Mali située dans le cercle de Tessalit au nord de la région de Kidal.

Dans un communiqué, la force onusienne argue qu’une force d’intervention rapide appuyée d’une intervention aérienne a été immédiatement déployée sur le site de l’endroit du drame. Ce qui a permis d’évacuer les blessés dans l’urgence.

Le même jour, un incident séparé s’est aussi produit vers 1 heure du matin à Bandiagara, dans la région de Mopti dans le « Pays dogon ». Là un Casque bleu a été grièvement blessé.

De son côté, le chef de la Minusma, Mohamed Saleh Annadit, a condamné ‘’fermement la recrudescence de ce genre d’attaques’’.

Déployée depuis juillet 2013, la Minusma, qui compte environ 12 500 militaires et policiers, est actuellement la mission de maintien de la paix de l’ONU la plus coûteuse en vies humaines. Elle a perdu quelque 200 casques bleus, dont plus de 90 dans des actes hostiles, soit plus de la moitié des soldats de l’ONU tués sur cette période dans le monde.

Avec Le Pays