Pierre Nkunrunziza et la Première Dame lors du vote de la nouvelle Constitution

La version officielle qui a accompagné la mort du président burundais Pierre Nkurunziza est que l’homme s’en est allé suite à un arrêt cardiaque. Mais au fond, l’homme fort du Burundi est plutôt emporté par la Covid-19.

Pierre Nkurunziza, président du Burundi a tiré sa révérence à l’âge de 55 ans. Selon la version officielle communiquée sur Twitter par le gouvernement, l’homme fort s’en est allé à l’hôpital du Cinquantenaire “suite à un arrêt cardiaque ce 8 juin 2020”.

Cette version a laissé pantois les observateurs avisés qui parlent de “couverture” de la véritable cause.

Emporté par Covid-19

Pierre Nkurunziza, un chrétien évangélique et son épouse Dénise, elle aussi pasteur ont toujours eu à minimiser si non, rejeter la présence de la pandémie dans le pays. Malgré les rappels de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les risques, Burundi a préféré chasser les experts de l’OMS du pays. Une note en date du 12 mai 2020 signée du ministre des affaires étrangères a déclaré le représentant de l’Oms au Burundi a été déclaré persona non grata.

Le gouvernement burundais, qui estime que le pays est protégé du Covid-19 par la “Grâce divine”, a ainsi décidé de la fermeture de ses frontières, mais n’a pris aucune mesure de confinement, contrairement à la plupart des autres pays de la région.

Les patients de Covid-19 sont dans la quasi majorité, emportés suite à des arrêts cardiaques. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles, les hôpitaux sont contraints de recourir à des respirateurs.

Aussi, Dénise Nkurunziza, l’épouse du président défunt est aussi sous traitement de Covid-19 dans le célèbre hôpital Aga khan au Kenya. RFi avait écrit que la Première dame était “transportée dans un caisson d’isolement, accompagnée de médecins et gardes du corps. Elle serait arrivée en pleine nuit, alors que les aéroports de Bujumbura et Nairobi avaient éteint leurs lumières et tenu à l’écart le personnel”.

Plusieurs sources jointes par Africa rendez-vous à Bujumbura confirment mais, préfèrent rester sous le sceau de l’anonymat. Au Burundi, la liberté d’expression est muselée.

Depuis son exil, pour s’être opposé au 3ème mandat de Nkurunziza, le président du Forum pour la conscience et le développement (Focode), Pacifique Nininahazwe, réfute la version officielle et parle de « déni » de la réalité
A Bujumbura, d’autres sources proches du pouvoir réfutent la thèse de Covid-19 comme raison principale de la mort du désormais ex homme fort du Burundi. Elles indiquent que le président pasteur a lui-même présidé de récentes croisades d’évangélisation et assisté le week-end d’avant sa mort, à un match de football au terrain. Seulement, Africa rendez-vous n’a pas réussi à entrer en possession de ces images. Les mêmes sources indiquent que la Première dame est aussi rentrée du Kenya le 9 juin avançant comme preuve un élément sonore en Kirundi dans lequel, elle remerciait les populations d’avoir prié pour sa santé.

Au Burundi, au moins 83 cas de Covid-19 sont signalés à la date du 9 juin 2020. Mais des médecins estiment que le chiffre ne reflète pas la réalité.

Voltic Togo