Les Etats Unis d’Amérique réaffirment leur attachement aux idéaux démocratiques en Afrique. Le président Barack Obama a martelé à son homologue de la RDC, Joseph Kabila, la nécessité du respect de la Constitution du pays.

La précision du numéro 1 américain a été faite à travers un entretien téléphonique le 31 mars 2015.  «L’importance de l’organisation d’élections dans les délais requis, qui soient crédibles et pacifiques dans le respect de la Constitution et protègent les droits de tous les citoyens de la RDC», peut-on lire dans un communiqué de la Maison Blanche.

Barak Obama a estimé que «l’héritage du président Kabila en tant que dirigeant qui a sorti la RDC de la guerre et l’a mise sur la voie du progrès démocratique continu serait consolidé par des élections libres et équitables en 2016», d’après le même communiqué posté sur la page Facebook de l’ambassade des Etats-Unis à Kinshasa.

Le porte-parole du gouvernement congolais, a estimé que “le président Obama a été extrêmement positif dans sa communication avec le président Kabila”. “Il ne s’est rien passé sur le plan constitutionnel ici au Congo depuis l’année dernière pour que le président Obama appelle le président Kabila pour le presser d’agir autrement par rapport à la constitution”, a-t-il toutefois nuancé.

Voltic Togo