Faure Gnassingbé au sommet de l'UA à Addis Abéba

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, réclame la tenue imminente d’un dialogue entre les différentes parties pour faire décanter la situation sociopolitique au Togo. Il l’a fait savoir au président togolais Faure Gnassingbé, vendredi 26 Janvier dernier lors d’une courte escale à Lomé.

Les échanges entre les deux personnalités, se sont déroulées à Lomé, alors que le numéro1 onusien était en route pour le 30e sommet de l’Union africaine à Addis Abéba.

Selon les informations parvenues à la rédaction d’Africa rendez-vous, le Premier ministre togolais, Komi Selom Klassou, quelques membres du gouvernement et la représentante résidente du Système des Nations Unies au Togo, Khardiata Lo N’Diaye ont également assisté à la rencontre.

“Le renforcement de la coopération entre le Togo et les différents organes onusiens, les questions sécuritaires dans l’espace CEDEAO, dont la présidence est assurée par le président de la République togolaise, et la lutte contre le terrorisme ont été également abordés au cours de l’entretien”, a indiqué la présidence togolaise dans un communiqué.

Une crise politique secoue le Togo depuis plus de cinq mois. Lors de son message à la Nation ale 03 janvier 2018, le Chef de l’État togolais a insisté sur la tenue d’un référendum. Le pouvoir de Lomé a commencé par s’activer dans ce sens et planifie l’organisation des élections législatives et locales.

Alpha Condé, l’un des médiateurs de la crise politique pour son son statut de président en excercice de l’Union africaine,  passe à la main à son homologue rwandais, Paul Kagamé. Une délégation du second médiateur désigné de la CEDEAO, Nana Akuffo Ado, a reporté in extrémis son voyage à Lomé, attendant les conclusions et recommandation sur le dossier Togo au sommet d’Addis.