Le Conseil épiscopal justice et paix de l’Église catholique au Togo revient une fois encore sur l’accusation portée contre lui par le gouvernement togolais sur ses sources de “financements douteux”. Les Évêques du Togo ont rejeté une fois encore cette accusation qui était le motif du refus de leur accréditation pour l’observation des élections législatives de décembre 2018.

Cette position a été réaffirmée lors de la session ordinaire des Évêques, tenue à Daluag, diocèse de Dapaong, du 15 au 18 octobre 2019.

« Nous réaffirmons avec force qu’il n’existe aucun financement douteux dans les activités du Conseil épiscopal justice et paix et que nos messages sont dictés par la fidélité à l’Évangile et par la recherche du bien commun», peut-on lire dans le message.

« C’est dans ce sens que nous avons toujours invité les prêtres à éviter tout affichage de positions politiques partisanes et de militantisme en faveur des partis politiques » précisent les Évêques.

Aussi, ils invitent tous les acteurs de l’élection présidentielle de 2020 à conduire le processus dans la paix, la transparence, la justice et le respect de la volonté des citoyens.

« En vue de l’élection présidentielle qui se profile à l’horizon, nous vous invitons à la prière, à la retenue, à la recherche de la paix et de la justice. Nous vous exhortons à ne pas “démissionner” de vos engagements sociopolitiques qui font également partie de notre mission de baptisés».