Awa Nana-Daboya, présidente du HCRUUN

Les victimes dites non vulnérables des violences de 2005 ont commencé par être indemnisées le 20 Mars 2018 à Lomé. L’opération va se poursuivre à l’intérieur du pays et fait suite à la phase d’indemnisation et de prise en charge des victimes dites vulnérables de la même période.

Cette seconde phase s’étend sur trois (3) jours dans la préfecture du Golfe, Agoényivé, le Grand Lomé et la préfecture de Kévé. Pour cette phase-ci, ces victimes non vulnérables vont bénéficier juste d’enveloppes financières.

Selon les explications de la présidente du Haut Commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN), Awa Nana-Daboya, des équipes vont sillonner toute l’étendue du territoire national en appui à huit points focaux pour permettre à victimes à l’intérieur du pays de pouvoir entrer également en possession de leur enveloppe.

Cette prise en charge s’inscrit dans le cadre du programme de réparations tel proposé par la Commission vérité justice et réconciliation (CVJR).

“L’allocation de l’État est de 2 milliard et devrait couvrir 2475 victimes. Aujourd’hui il reste à servir 2200 chèques aux victimes”, a fait noter Awa Nana-Daboya.

La première étape a démarré le 12 décembre 2017 et s’est achevée le 02 mars dernier.

Voltic Togo