Alassane Ouattara et Henri Konan BEDIE le 20 Février 2015 à Abidjan.

S’achemine t-on vers des nuits de longs couteaux en Côte d’Ivoire? C’est le moins que l’on puisse dire avec une crise qui couve entre les deux grands amis d’hier, Henri Konan Bédié et Alassane Dramane Ouattara. Bédié, le patron du parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), se retourne contre Ouattara pour “fausses promesses”.

“Fausse promesses”, ainsi pourrait-on oser qualifier le revirement de Alassane Ouattara à l’orée des prochaines joutes électorales prévues pour le 13 octobre 2018. L’homme qui, par deux fois de suite, notamment en 2010 et 2015, a été soutenu par son “grand ami” Bédié, pour le faire porter à la magistrature suprême a décidé de rompre “l’alliance”.

Le divorce

Le divorce semble être né entre les deux vieux copains. L’attitude Ouattara s’annonce comme une pilule dure à avaler au PDCI. Le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), lancé par ADO le 16 Juillet 2018 sera sans le PDCI même si certains membres ont rejoint le Rassemblement. Le PDCI réclame un accord préalable pour qu’un candidat unique issu de ses rangs soit désigné pour l’élection de 2020.

ADO n’entend pas jouer les mêmes sonorités. « La France a aujourd’hui un président qui a 40 ans, je ne dis pas que je suis vieux mais cela donne à réfléchir. Le monde change. Nous devons travailler le président Bédié et moi, la main dans la main pour transférer le pouvoir à une nouvelle génération en 2020 », a-t-il laissé entendre le 16 Juillet à Abidjan. Même si la démarche, à priori est saluée par plus d’un pour avoir renoncé à un 3ème mandat tel qu’il le faisait craindre, il n’est pas moins superflu que cela parait comme une trahison dans le camp de Bédié.

22 Juillet 2018, le secrétaire exécutif du PDCI, Maurice Kakou Guikahue va avec véhémence et annonce que le parti pourrait aller seul aux élections municipales et régionales. De la nivaquine, et il va plus loin et annonce l’exclusion de 18 cadres du parti qui se sont dits favorables au parti unifié RHDP que préside désormais Alassane Dramane Ouattara.

Pour l’heure c’est une guerre silencieuse qui couve entre les deux grands amis d’hier. Reste à savoir si les 3 mois qui restent avant les échéances pourront permettre de colmater les brèches. Les Anglais disent “Wait and See”.

Voltic Togo