37 military hospital au Ghana

Ils sont nombreux si non presque tous, ces dirigeants africains qui ne se font pas soigner dans leur pays respectif et préfèrent s’envoler pour l’hexagone. A Lomé, le Mouvement Martin Luther King (MMLK)s’indigne et interpelle les Chefs d’Etat.

Le mouvement dit ne pas comprendre l’évacuation de la plupart des gouverneurs Africains  souffrants vers l’étranger pour être soumis à des traitements  médicaux après plus de cinquante ans d’indépendance. Pour le président de ce mouvement Edoh komi, c’est  un autre facteur défavorable au développement du continent.

« C’est  à travers une grande fureur et dépression que nous continuons par observer que  généralement, les gouverneurs africains, leurs alliés et leurs familles  dépensent une somme colossale pour se soigner  dans les hôpitaux occidentaux, asiatiques et américains, tandis que l’Afrique regorge des médecins connus , diplômés des grandes universités et compétents dans toutes les spécialité », s’indigne Edoh Komi, dans une note parvenue à la rédaction d’Africa rendez-vous.

Pour ce mouvement qui se réclame la voix des sans voix, ces dépenses “colossales” occasionnées par ces traitements médicaux à l’étranger peuvent  servir à équiper et moderniser les centres hospitaliers universitaires et régionaux qui existent déjà afin d’être plus opérationnels et compétitifs.

Voltic Togo