Des élèves de plusieurs établissements scolaires n’ont plus accès aux cours depuis le début du mois de décembre. Et pour cause, le mécontentement des instituteurs suite à la défalcation de leur émolument mensuel des périodes de grève observées. D’autres encore qui “résistaient”, ont été chassés des cours ce 04 Décembre 2013.

La cinquième heure des cours n’a pas été faite au Collège Saint-Joseph à Lomé. Les élèves sont été sommés de “vider” les lieux par un groupe d’élèves.

On était là quand on a vu un groupe d’élèves frapper fort au portail de l’école. Quelques instants après que le portail leur a été ouvert, on a constaté que tous les élèves ont commencé par sortir“, témoigne une revendeuse en face de l’établissement scolaire.

Il nous a été simplement demandé de vider les lieux“, confie Josepha, élève en classe de 2nde et d’ajouter “Ils (groupe d’élèves) menaçaient de faire violence si nous n’obtempérons pas“.

Une autre amie à elle qui dit s’appeler Joanita dit comprendre l’attitude du groupe d’élèves venu les déloger et estime qu’ils sont aussi prêts à réclamer que le manquant prélevé sur l’émolument des autres instituteurs soient reversés.  “Ventre affamé n’a point d’oreilles”, a-t-elle murmuré.

Selon des informations persistantes, le système éducatif est bloqué dans plusieurs villes à l’intérieur du pays.

Rappelons que la rentrée scolaire a été reportée à plusieurs reprises au Togo, pour éviter que le spectre “Sinandaré”

Outre le système éducatif, c’est le secteur de la santé est aussi paralysés. Le SYNPHOT (Syndicat national des praticiens hospitaliers du Togo) a lancé uen grève de 72heures.

Voltic Togo